Vous avez sûrement entendu parler de Hatha, Iyengar, Ashtanga, Kundalini, Power, Sivananda, Bikram… Et il en existe de nombreux autres. Comment ne pas être dépassée par tous ces noms qui sortent parfois du commun quand ils ne sont pas exotiques ? alors oui « Quel type de yoga choisir? » est une question qui revient souvent pour les débutants.

Cet article a pour but de vous guider dans cette jungle du yoga. Pour que vous compreniez les différentes formes, vous poser les bonnes questions et adopter la forme de yoga qui vous convient.

 

1- Quels sont mes besoins ?

Pour savoir quel type de yoga choisir, il faut vous demander d’abord ce dont vous avez besoin.

Demandez-vous : êtes-vous débutant ? Avez-vous des problèmes de santé ? Êtes vous sportif ou non ? Souhaitez-vous pratiquer majoritairement pour vous apaiser le mental, être plus flexible, reprendre une activité douce car votre médecin vous l’a conseillé, retrouver de la force et de la vitalité ?

Gardez en tête que le yoga s’adapte à vous, et l’intention première est d’apporter un équilibre global. Si vous êtes de nature énergique, voire complètement stressée, une pratique plus douce sera adaptée pour apporter l’apaisement. Si vous avez tendance à rester inactive ou êtes léthargique, une pratique plus énergisante sera bénéfique. Dans les deux cas, vous aurez le challenge du démarrage, car la pratique secouera vos habitudes.

Ensuite, en comprenant l’intention de chaque forme de yoga, vous pourrez choisir celui qui vous convient. Ici, je vous présente les formes les plus développées dans les studios de yoga en France. Vous pouvez aller plus loin dans la démarche, et aller à la rencontre des professeurs proche de chez vous. Souvent la première séance découverte est offerte.

 

2- Les différents types de yoga

a) Hatha yoga traditionnel

Je commence par celui-ci, car c’est la forme traditionnelle la plus répandue, et pour cause, elle donne naissance aux autres formes de yoga. Le Hatha Yoga est adapté à tous niveaux, tant aux débutants qu’aux expérimentés. André Van Lysebeth est l’un des maîtres du yoga qui a démocratisé le Hatha Yoga en France.

Le Hatha Yoga débute et se termine par des mantras (forme de chant). Le chant d’ouverture honore Patanjali le créateur des sutras, et celui de clôture souhaite la paix intérieure et la paix à toutes les créatures vivant dans ce monde.

 

b) Le yin yoga pour un travail en douceur et en profondeur

Yin vient du concept Taoïste « yin-yang ». le Yin se caractérise par son rythme ultra lent, son aspect passif. Les poses sont tenues pendant plusieurs minutes, et dans une séance de une heure, vous ferez environ 5 postures. Cette version de yoga permet de rester plus facilement dans un état méditatif, et d’écouter plus finement le corps.

Plutôt que de se focaliser sur les muscles, le yin yoga cible plus particulièrement les tissus conjonctifs (tendons, ligaments, fascia). De fait, les asanas (postures) en position assise ou allongée, sont tenues avec très peu d’engagement musculaire. Les postures peuvent être similaires à celles des formes plus dynamiques de yoga, cependant, la façon de les exécuter peut être différente et le nom aussi.

Par exemple :

Paschimottanasana (la pince) en forme yang (dynamique) se pratique avec le dos droit, le sternum pointant vers les orteils, alors que sa forme yin « la chenille » se pratique en arrondissant le dos, laissant la tête tomber sur les genoux.

 

c) Ashtanga yoga pour développer la force

Développé par Krishnamacharya et répandue par Shri K Patthabi Jois, ce yoga est dynamique prend naissance dans le Hatha Yoga. l’enchaînement des postures se fait dans un ordre précis. Les différentes séries sont évolutives, et la répétition est la force principale de cette forme de yoga. Il est plus facile d’intégrer les mouvements pour se focaliser sur les ressentis et apporter l’état méditatif caractéristique du yoga.

Les postures sont reliées par le souffle d’intensité égale. D’ailleurs vous entendrez souvent la respiration Ujjayi à la « Darth Vador », qui permet de réchauffer le corps, et d’améliorer la concentration.

Selon Shri K Pattabhi Jois, « Ce qui est spécifique à la pratique de l’Ashtanga Vinyasa yoga est ce que nous appelons vinyasa, qui met en relation la respiration et les mouvements physiques. Chaque posture est liée à une certaine séquence de respiration, qui vient avant et après. Cela maintient ouverts les flux d’énergie dans la colonne vertébrale. Cela protège aussi des blessures et empêche la stagnation de l’énergie dans le corps. »

Tout comme dans le Hatha yoga, à cette forme de yoga s’intègre aussi la focalisation du regard (Drhisthi) et la contraction des ligatures (Bandhas) pour développer la force intérieure.

Si vous souhaitez développer force et souplesse, et que vous avez besoin de rigueur et de répétition, alors ce yoga est pour vous.

 

d) Vinyasa yoga pour la fluidité

Cette forme de yoga paraît plus dansée et dynamique car le mouvement est synchronisée sur la respiration. Les postures ne sont donc pas tenues longtemps, car l’intention est d’apporter la fluidité. Et pour cause, le nom lui même en porte la signification :

  • « vi » de façon spécifique
  • « Nyasa » placer

Elle fait donc partie de la forme « yang » du yoga, et découle directement du yoga Ashtanga. La différence est la liberté de forme dans le vinyasa. À l’inverse du Ashtanga qui a une séquence fixe, le Vinyasa permet une certaine créativité, tout en conservant les principes de base du séquençage de yoga.

Si vous aimez la fluidité, la surprise (car vous ne saurez pas à l’avance ce que sera la séance), alos ce yoga est pour vous.

 

e) Iyengar Yoga : le yoga thérapeutique

bksi-yogitouch-style-de-yoga-iyengarCréée par B.K.S Iyengar cette forme est basée sur la pratique approfondie des postures (asanas) liés à la respiration (pranayama). C’est un style très rigoureux, intense et pour lequel la précision de l’alignement est primordial.

B.K.S Iyengar s’est guérit grâce au yoga, c’est la métode qu’il propose à travers son approche thérapeutique. Il met l’accent sur le développement de la force et de l’endurance.  IIl se sert de sangles, briques, chaises, et autres supports pour cette pratique afin de permettre aux pratiquants de conserver la posture plusieurs minutes. D’ailleurs de nombreux centres sont ouverts partout dans le monde, et les personnes peuvent être reçues pour leur « cas particulier » et bénéficier d’un programme personnalisé.

 

f) Bikram yoga

Appelé aussi « hot yoga », cette pratique récente a été développée par Bikram Choudhuri. Les 26 postures s’enchaînent en 90 minutes dans une pièce chauffée à 40° avec un taux d’humidité de 35 %. Elle est autant adulée, que controversée. Les études américaines ont montré que la chaleur n’était pas nécessaire pour avoir les bénéfices du yoga, seuls les mouvements spécifiques liés à la respiration sont un réel impact.

Cette forme de yoga est déconseillée pour les personnes souffrant de troubles cardiques. Si vous choisissez cette pratique, vous allez suer plus que la moyenne, donc pensez à bien vous réhydrater et apporter les minéraux nécessaire à votre corps.

 

3- Choisir son professeur de yoga

Au-delà de vos besoins et de la forme de yoga, le choix du professeur est déterminante. Nous savons tous que nous ne pouvons pas plaire à tout le monde. Le timbre de la voix, les intonations, le rythme, l’accent, l’attitude… tous ces facteurs peuvent influencer la qualité de votre pratique.

Votre professeur de yoga est une personne qui va vous guider dans la connaissance de vous-même. Le yoga vous amène dans des lieux profonds en vous, vous devez avoir une confiance totale dans le professeur pour vous laisser aller et bénéficier un maximum de vos séances, du temps que vous prenez pour vous.

 

4- Faire évoluer son yoga

Gardez en tête qu’avec votre évolution, vos besoins changeront et peut-être le style de yoga, ou la façon de pratiquer aussi. C’est tout à fait normal. Un des principes fondateurs du yoga est le détachement. Ne restez pas attaché à la forme que vous avez connu, et adaptez en fonction des circonstances.

J’ai débuté avec le Hatha yoga, puis je me suis essayée au yoga Ashtanga et Vinyasa pour enfin intégrer le yin yoga. Entre temps, j’ai assouvi ma curiosité pour le Kundalini, Hridaya yoga et d’autres formes. Quand j’ai démarré, je n’aurai jamais pensé pratiquer le yin yoga un jour ! Je le trouvait bien trop lent. Et puis, avec la pratique, le besoin de ralentir s’est fait sentir naturellement. De même avec mes élèves, au début ils préféraient une forme dynamique de yoga, puis les élèves après quelques semaines me demandaient de ralentir pour aller plus en profondeur.

Vous pouvez aussi en pratiquer plusieurs formes. Par exemple, je démarre la journée par une forme dynamique de yoga pour m’apporter l’énergie de la journée, et le soir, le yin yoga m’accompagne pour m’apaiser et préparer mon corps à un sommeil réparateur.

Pratiquer le yoga, c’est avent tout être à l’écoute de son corps et de ses besoins tant physiques que émotionnels. Il n’y a qu’une manière de savoir ce qui vous va, c’est d’essayer !

 

Et vous, quel est votre yoga ?

Quel yoga pratiquez-vous ? Qu’avez-vous testé ? Quelle a été votre expérience ? Quel conseils avez-vous pour les nouvelles yoginis ? En quoi cet article vous a-t-il été utile?