De tous les bienfaits du yoga, le plus important est celui de la transformation intérieure. Bien plus qu’une discipline physique, le yoga est un voyage au plus profond de son être qui apporte un équilibre global : émotionnel, physique et mental.

 

Le changement fait partie du processus naturel de la vie. D’ailleurs, vous avez déjà peut-être lu ces mots attribués à Buddha

« Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement ». 

 

Avec les années, nos habitudes prennent forme, et nous mènent soit vers une évolution positive et épanouissante, soit vers un glissement affaiblissant et dégradant.

 

La question n’est pas de savoir si ce que nous faisons est « bien » ou « mal », je ne crois pas en une telle division franche et tranchée, les nuances existent dans toutes les couleurs. Mais plutôt de se demander: « Est-ce ce que je souhaite pour moi ?  Cet état représente-t-il vraiment qui je suis ? »

Si la réponse est « oui » ou que vous êtes en chemin, alors c’est parfait, continuez ainsi. Si elle est « non », alors des ajustements peuvent être apportés, si vous le souhaitez.

 

Bien sûr, le yoga n’est pas la seule pratique qui puisse vous apporter un épanouissement personnel, et heureusement ! Mais ici je vous partage les 4 plus grandes leçons apprises sur le tapis, et qui m’ont amené à être plus vraie, authentique et heureuse.

 

 

Leçon 1 – Agir pour le plaisir sans attendre de résultat spécifique

Le grand écart, la posture complète du pigeon ou même l’équilibre sur les mains, sont toutes des postures impressionnantes qui donnent envie de faire du yoga. Pourtant, l’une des clés de base est de ne pas attendre de résultat spécifique de sa pratique. Le yoga s’applique dans l’esprit de bienveillance et de respect de Soi.

 

Accepter le point de départ

Tout comme le point de départ en randonnée, les capacités du corps à l’instant T est la base de « travail » à accepter pour pouvoir avancer. Si vous décidiez de marcher de Paris à Compostelle, vous diriez-vous « Je commencerai à marcher seulement quand je serai à Bayonne ! ». Non, car dans ce cas, c’est sûr que vous n’irez nulle part. Très souvent, j’ai vu mes élèves et moi-même au début, vouloir que le corps soit plus souple, plus fort, pour accomplir telle ou telle posture.

 

Mais c’est autant contre-productif qu’opposé à l’esprit d’union et de compassion du yoga. Accepter que les muscles, tendons et fascia prennent le temps dont ils ont besoin pour s’assouplir et s’ouvrir fait partie intégrante du yoga. Si le corps s’est tendu à un moment donné de la vie, c’est soit car il a été trop souvent mal-utilisé, soit car il s’est protégé d’une peur, d’un traumatisme ou de la souffrance.

 

 

Accueillir le rythme de la vie

La seule chose qui arrive quand on veut « forcer » les muscles est le risque de se blesser, et de perdre encore plus de souplesse et de mobilité. La vie a son rythme, et votre corps aussi.

 

« Pratique et tout vient » sont les mots de Sri.K Patthabhi Jois, un grand maître du yoga.

 

Il nous rappelle qu’il n’y a pas de performance dans le yoga, que le temps n’a aucune importance. Ce qui compte c’est d’être là, présent à l’écoute de soi-même.

Tout comme dans la vie, il faut accepter ce qui est, pour pouvoir prendre des décisions en toute sérénité et avancer en confiance.

 

Le yoga vous donne ce dont vous avez besoin, pas ce que vous voulez…
Accueillez ce qui est et vous ressentirez de la légèreté.

 

 

Leçon 2 – Être confortable dans l’inconfort

« L’asana commence au moment où nous avons envie d’en sortir. » Cette phrase ne m’a jamais quitté. Combien de fois fuyons-nous ce qui nous fait peur ou nous semble inconfortable ?

Pour comprendre la particularité de la posture de yoga, revenons à la définition même du mot « asana ». Dans les Yoga Sutras de Patanjali, une asana est décrite comme étant :

« Sthira sukham asanam ». Asana est une posture stable et confortable.

 

Observer ce qui est…

C’est donc le juste équilibre entre la fermeté et l’aisance qui marque la qualité de la pose et qui est recherché en yoga. Et pourtant, si vous pratiquez, avez-vous observé votre tendance à vouloir modifier la posture, à supplier intérieurement que le compte du professeur se termine au plus vite pour enfin en finir et changer de posture ?

 Maintenant, observer ce qui est sans le nommer, sans y ajouter d’étiquette. Restez dans la contemplation des sensations et des mouvements du mental. Observez-vous alors que vous lisez ces lignes. Ressentez-vous une tension dans les yeux, la mâchoire, les jambes, le ventre, les épaules ? Ou êtes-vous complètement décontracté et relâchée ?

 

 

… pour dépasser ses peurs et limitations

Si vous avez des projets en tête, des idées à exprimer, Être vous, cela demande du courage. C’est inévitable, les moments d’inconfort sont présents dans la vie. Vouloir s’en préserver c’est s’arrêter de vivre. Ce qui compte n’est pas ce qui arrive, mais comment nous réagissons à ce qui arrive.

 

Respirer avec aisance et rester calme dans la posture est un entraînement pour apprendre à surmonter les difficultés de la vie. La capacité à observer les sensations dans le corps pour ce qu’elles sont, et à se familiariser avec elles, permet d’aller au-delà des limitations et révèle un sentiment de confiance personnelle.

 

Tout comme les sensations dans le corps, les obstacles et difficultés en chemin
font partie du jeu de la vie.

 

Leçon 3 – Où porter son regard est un choix

« Posez votre regard sur le sol devant vous ». Si vous avez pratiqué avec un professeur, vous avez dû entendre plusieurs commandes concernant les points focaux des yeux. C’est ce que l’on appelle Drishti.

Selon la posture, la concentration du regard sera différente, et les effets aussi. En plus de faire travailler les muscles oculaires, ces positions des yeux aident à se concentrer et à développer certains états d’être.

 

Par exemple, en position du guerrier 2, les yeux se porteront dans le prolongement du doigt du milieu, ce qui développe la détermination. En position de la lune, le regard est posé vers le ciel, ce qui apporte un sentiment de joie. Les yeux fixés sur le bout du nez favorise le calme. En focalisant sur le troisième œil, c’est à la sagesse, l’intuition que nous nous connectons…

 

« Ce sur quoi tu focalise deviens ta réalité »

Quand les choses vont mal, nous avons tendance à les regarder, et à focaliser toute notre attention sur ce que nous souhaitons pas. Et que se passe-t-il ? Comment nous sentons-nous ? Souvent l’affaire s’enveniment, nous faisons une montagne, d’un tout petit caillou, les pensées négatives s’enchaînent et les maladresses aussi. Résultat, nous sommes plus stressées, tendues, frustrées, nous en voulons aux autres de nous faire sentir ainsi.

 

Dans ces moments, nous oublions que nous avons le choix. Qui d’autre que vous décide où porter votre regard ? Quelqu’un vous force-t-il à observer ceci plutôt que cela ? Au yoga, un peu oui 🙂 mais dans la vie, vous êtes libre de voir ce qui vous plaît ! Cela signifie aussi accepter de changer de point de vue sur une idée si notre façon de voir est bloquante.

 

Rappelez-vous ces questions :

– Est-ce que rabâcher cette pensée améliore ma vie ?
– Comment ai-je envie de me sentir ?
– Que dois-je/ comment dois-je regarder pour me sentir ainsi ?

 

Apprendre à regarder là où nous voulons aller, porter nos pensées pour modifier notre état émotionnel est un exercice contre intuitif et exigeant qui peut pourtant changer notre vie.

 

Leçon 4 – Lâcher prise pour revenir à l’essentiel

 

Se relaxer pour se ressourcer

Lors de mes cours donnés en entreprise en Australie, je me souviens qu’une collaboratrice quittait systématiquement la salle au moment de la posture finale. Savasana (la posture du cadavre) était pourtant partie intégrante de la pratique. Elle était pressée et pensait perdre son temps avec cette posture à priori sans intérêt.

Plus que le réconfort après l’effort, pendant cette phase, le système intègre les bienfaits de la pratique et se familiarise avec les sensations. C’est un moment de relaxation physique et mentale qui demande une grande présence et concentration surtout au début.

 

 

S’ancrer dans le présent

Les moments de repos s’insèrent aussi entre les postures pour rétablir l’état de calme à partir duquel l’asana pourra être accomplie. Car rappelez-vous, la posture se fait dans un état d’aisance. Alors comment parvenir à cet état si nous portons le poids et la tension des autres postures ?

De même, dans le quotidien, comment se sentir bien avec soi-même, ses proches et créer des liens sains si nous ramenons le stress du travail ? De la même manière, comment apprécier une personne à sa juste valeur si nous ressentons de la rancune ?

 

Cela me rappelle l’histoire des deux moines.

Alors qu’ils marchaient dans les montagnes pour rejoindre le monastère, ils croisèrent une jolie femme vêtue d’une robe légère. Elle était bien embêtée pour traverser la rivière car elle ne voulait pas mouiller ses beaux vêtements. Le plus vieux moine la fit grimper sur ses épaules pour l’aider à traverser. Il la déposa de l’autre côté et continue son chemin en silence.

 

Arrivés au monastère après leur longue marche méditative, le plus jeune moine ne pût s’empêcher de lui dire « Je ne comprend pas vos agissements de ce matin, il nous est formellement interdit de toucher les femmes, et pourtant vous l’avez porté sur vos épaules ! »

 

Au vieux moine de lui répondre : « Oui, je l’ai porté quelques minutes pour lui faire traverser la rivière, mais toi, tu l’as portée toute la journée dans ton esprit et tu la portes encore. »

 

Prenez le temps de contempler ces questions :

– Quelle charge est-ce que je porte encore ?
– Est-il utile pour moi de la porter ?
– Et si je la laissait au bord de la rivière ?

 

 

En résumé

  • Leçon 1 – Agir pour le plaisir sans attendre de résultat spécifique
  • Leçon 2 – Être confortable dans l’inconfort
  • Leçon 3 – Où porter son regard est un choix
  • Leçon 4 – Lâcher prise pour revenir à l’essentiel

Les leçons du yoga sont bien plus nombreuses. Quand j’ai pris conscience de celles-ci, et les ai mises en pratique dans mon quotidien, alors ma vie à changé. Tout paraissait plus simple, et mon sentiment de bien être s’est amplifié. Certaines situations qui me peinaient dans le passé, à présent ne me touchent plus. C’est ce sentiment de liberté est le plus beau cadeau que le yoga m’aie offert.

 

Oui, c’est une pratique qui demande une grande discipline, surtout au début. Mais c’est bien ce cadre qui permet d’ouvrir les portes. Et vous, de quoi avez-vous besoin pour vous sentir mieux chaque jour et vous épanouir dans votre vie ?

 

Partagez vos inspirations, vos graines de sagesse !

Johanna